Secrets de cuisine savoyarde

poterie1repas1poterie2

 

C'est, sans doute, à l'implantation géographique de la Savoie, terre de passage et d'émigration, que l'on doit la diversité des plats et des mets qui constituent aujourd'hui la gastronomie savoyarde. Le menu de fête commençait anciennement par une soupe au lard, suivie de jambon, saucisses et pommes de terre, accommodées de fromage, de crème ou de beurre, et terminé par le riz au lait, si apprécié des enfants. On peut imaginer alors l'étonnement des premiers touristes découvrant la vallée de Chamonix au 18e siècle, et se voyant offrir le traditionnel riz au lait, comme une marque d'honneur, à l'heure où riz et sucre n'étaient que denrées rares car exotiques ! 

 

Farçon, farcements, "rambollets" à base de pommes de terre, quelques viandes salées (souvent de la chèvre), des beignets et des rissoles, constituaient à l'origine la seule richesse d'une gastronomie à l'image de la pauvreté de toute une région. 

 

Il faut attendre le 14e siècle et le développement des maisons bourgeoises où les cuisinières rivalisèrent d'ingéniosité pour que naissent l'autre génération de plats typiques, encore à l'honneur aujourd'hui : soufflés, ramequins, gratins, gnocchis...  mais aussi des préparations à base de viande fraîche, tels les filets, les salamis, les civets, ou les desserts, crèmes au lait, flancs, biscuits et gâteaux secs, auxquels il faut ajouter les friandises (bonbons au miel, sucres d'orge, truffes au chocolat...). 

 

La somptueuse cuisine savoyarde verra finalement le jour avec le développement du tourisme et le talent des aubergistes et restaurateurs qui accommodent dès lors le gibier des montagnes, les poissons des lacs et des rivières, les trésors des sous-bois (baies et champignons), mais aussi les épices importées et osent les recettes originales qui font toute la saveur d'une cuisine savoureuse et bien typée. 

 

L'on ne saurait cependant évoquer la cuisine savoyarde sans souligner la diversité des vins : Apremont, Abymes, Chautagnes, Chignin, Crépy, Roussette de Seyssel ou de Frangy, Gamay, Arbin ou Montmélian..., et de ses alcools tels les marcs de Savoie (pomme, poire, raisin, prune...), les liqueurs de framboises et myrtilles, sans oublier génépy et gentiane, typiques de montagnes. 

 

A cette diversité de vins et alcools, il faut ajouter celle, non moins réputée, des fromages : beaufort, reblochon, tomme, vacherin, persillé, sérac, chevrotin... 

 

Situées aux frontières de l'Italie et de la Suisse, les stations de sports d'hiver, de séjours d'été et de thermalisme ont largement projeté sur le devant de la scène la riche gastronomie savoyarde. Une image de qualité et d'accueil convivial communiquée aussi par la notoriété des restaurateurs, dont certains, illustres, savent particulièrement prêter leur talent à la mise en valeur des produits du terroir.